Santa Maria Chiapella : Présentation

En 1548, une adjudication se déroule à Bastia pour la construction de la tour de Santa Maria della Chiapella, située sur les terres des illustres da Mare. Giaccobo Santo da Mare et un certain Cibo (représentant certainement l’Offitio) reçoivent une notification du chantier où figurent les instructions qui sont données aux futurs constructeurs, le marché étant dévolu au moins-disant.
Le cahier des charges est très précis : dimension de la tour (17m), aménagements à y faire (cisterna, volta, guardiola, Piumbatoghju), le délai de livraison fixé au mois d’août 1549. Le contrat contient une clause concernant les pénalités et dans l’hypothèse où le contrat n’est pas respecté, le constructeur devra verser une somme de 150 écus d’or. Un échéancier de paiement est également joint : les 2/3 de la somme totale seront versé au début des travaux c'est-à-dire en octobre 1548, le solde sera libéré un an plus tard.
Les adjudicataires veillent à toutes les opérations afférentes : adjudications, travaux, certificat de conformité et Santa Maria della Chiapella s’élève au dessus les flots à l’automne 1549.
En 1573, nous trouvons une requête de Giacomo Negroni contre Barbara Doria da Mare qui n’ayant pas rendu dans les temps la tour à ses agents , a permis la prise de celle-ci par les turcs en juillet (A.S.G. 4)

1617, l'inventaire complet des tours montre que cette-ci est gardée par des hommes payés par la Serenissime Mad.na Tagliacarne a denari.


Autre requête, celle-ci datant de 1643 dans laquelle Cristofaro Bono au nom de son beau-frère, le patron Nicolao Bertamino, fait prisonnier par les turcs quelques mois auparavant et dont la barque, menée par ceux-ci à Santa Maria della Chiapella, aurait été donnée par un Pacha au luogotenante du Cap Corse pour que cette « donation » ne soit pas enregistrée, étant contraire au droit.
La même année, il est produit une ordonnance autorisant sous caution, Giovan Geronimo Pelo, Capo de la tour, de tenir une arquebuse et de la porter au-dehors pour sa défense.


Un état des pièces d’artillerie contenues dans les tours du Cap Corse datant de 1667, y inventorie un falconetto tirant des balles de trois livres. La Serenissime Camera approvisionne la tour.


On connaît un superbe plan représentant la tour vers 1660 et destiné à un projet de construction d’un port. (A.S.G. Corsica N° 1310)
Il existe une autre requête de juillet 1674, par laquelle les populations du Cap Corse souhaitent obtenir la construction d’un petit môle du côté de la tour.
On apprend enfin, qu’en 1697, un certain Agostino de Tomino y est nommé soldat pour une durée de deux ans sous la responsabilité du luogotenante du Cap Corse.
Après deux siècles et demi de vigilance, dans cette tour, en octobre 1793, s’illustrèrent des patriotes face à la flotte anglaise, qui y perdirent leur vie héroïquement, en la défendant jusqu’au bout, ne laissant désormais au regard que cette tranche d'histoire.


  Présentation
  Caractéristiques
  Carte simplifiée
  Champ de vision
  Distance et lieux
  Diaporama





Mentions légales
Creation Corsicaweb